09 73 64 49 32 contact@cybervigilance.fr

Selon Brave, Google utilise des pages cachées afin de transmettre secrètement des données personnelles à ses clients publicitaires.

Brave dénonce Google.

Brave un navigateur web open source ayant pour but de protéger la vie privée vient de révéler par le billet de son directeur juridique que Google ne respecte pas les règle du RGPD.

Google utilise un système de pages web cachées (push pages) qui sont attribuées individuellement à chaque internaute.

Il s’agit en d’autres termes d’un mouchard. Il est impossible pour les utilisateurs de se rendre compte de leur présence, ces pages vides ont des url uniques attribuées à chaque internaute. Google transmet par la suite l’identifiant avec ces différents clients du système d’enchère de Google. Grace a cela ils peuvent comparer et partager les différentes données récoltées à propos de cet internaute  
Elles permettent aux clients publicitaires de Google de mieux cibler les annonces puisqu’un profil comportemental peut alors être établi.

Ce mécanisme de tracking était selon Johnny Ryan, jusqu’alors inconnu du grand public.

La défense de Google.

La société américaine déclare toutefois ne pas enfreindre la loi :

« Nous ne diffusons pas de publicités personnalisées ni ne partageons de demandes d’enchères sans le consentement de l’utilisateur. La commission de protection des données irlandaise (DPC) – qui est l’autorité de protection des données chef de file pour Google – ainsi que l’ICO au Royaume-Uni, sont déjà en train d’étudier les enchères en temps réel afin d’évaluer leur conformité avec le RGPD. Nous accueillons favorablement ce travail et coopérons pleinement. »

Google estime que le mécanisme décrit par Brave correspond au « cookie matching », une méthode qui est selon l’entreprise respectueuse de la vie privée des utilisateurs.

Une sanction de la part des autorité Européenne ?

Les autorités européennes comptent mener leur enquête et sanctionner Google si nécessaire.
Elles ont déclaré que si Google était considéré comme coupable de violation du RGPD les sanctions mises en place seraient appliquées.

Les amendes peuvent atteindre 4% du CA mondial de l’entreprise, ce qui pour Google représenterait environ 5 milliards de dollars.