09 73 64 49 32 contact@cybervigilance.fr

D’après The Guardian, la police des frontières chinoise espionne les touristes dans la province du Xinjiang en installant une application dans leur téléphone.

Une révélation inquiétante.

Des journalistes occidentaux ont enquêté sur le passage à la frontière des visiteurs étrangers se rendant au Xinjiang.
Lorsqu’un touriste arrive à la frontière du Kirghizistan et du Xinjiang située au nord-ouest du pays, les autorités chinoises demandent à voir son téléphone portable en plus de ses papiers d’identité. Lea Deuber, correspondante en chine du journal Süddeutsche Zeitung déclare « Ils font bien comprendre que ce n’est pas optionnel ».

Province du Xinjiang

Lors de cette saisie les autorités chinoises installent secrètement une application dans le téléphone portable du visiteur. L’application est « les abeilles collectent le miel » et a pour fonction d’inspecter l’ensemble des éléments contenus dans le téléphone.
Cette application est bien évidemment retirée avant d’être rendu au propriétaire du téléphone.
Toutefois celle-ci serait restée active dans les téléphones de certains journalistes.
En découvrant cela ils ont donc par la suite décidé de mener une enquête sur le sujet.

Comment se déroule la collecte des données au Xinjiang ?

L’application est par les douaniers « dans le cadre de la politique de surveillance rapprochée mise en place dans la région isolée du Xinjiang ». La collecte des données ne prend que quelques minutes et passe donc inaperçue au moment des faits.

L’application permet d’extraire « les courriels, les textos et leur liste de contacts, mais aussi des informations sur l’appareil en lui-même ». Elle cherche des informations et contenus que le gouvernement chinois a jugé comme étant problématique.
De plus, “l’application de surveillance repère aussi d’autres catégories d’informations, allant du jeûne du Ramadan aux écrits sur le Dalaï-Lama, jusqu’à la musique d’un groupe de métal japonais appelé Unholy Grave”.

La liste noire de contenus établis par le gouvernement chinois regroupe environ 73 000 mots. Selon les dire du gouvernement elle a pour objectif de découvrir d’éventuelles affiliations avec des groupes terroristes.
Cet espionnage peut être considéré comme étant de grande ampleur étant donné qu’environ 100 millions de personnes transitent chaque année par le Xinjiang.